cialis and grapefruit
Patrick Bazin – La bibliothèque au XXIème siècle : Les contenus au centre du débat | Le Globe ©
Print Friendly

Patrick Bazin – La bibliothèque au XXIème siècle : Les contenus au centre du débat

Print Friendly

Lors de sa présentation “La bibliothèque au XXIème siècle – savoir et technologies”, Patrick Bazin s’est intéressé aux révolutions numériques qui ont complètement modifié la manière dont les bibliothèques doivent être appréhendées.

Retour sur les bouleversements liés à la première révolution numérique: la gestion des contenus et du patrimoine des bibliothèques. La problématique des contenus Après avoir évoqué la manière dont les bibliothèques et les livres ont muté à travers l’histoire, le directeur de la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou (Paris, France) est revenu sur la première révolution numérique. “Selon moi, la question clé est le fait que le livre est désormais décentré, et ce même si ce medium subsiste. La première révolution numérique repose sur l’avènement du texte virtuel, la décentralisation du livre et l’émergence de la problématique des contenus.” Cette dernière est centrale: ” Je ne suis pas sûr que les bibliothèques aient réellement tiré les conséquences de ce que le terme « contenu » implique, il ne s’agit pas du livre mais d’un tout autre sujet”. De ce fait, les bibliothèques sont confrontées à une problématique de fond: ” C’est moins le livre qui est important mais plus le contenu, à travers différentes formes d’expression. Le passage de la seule gestion du livre à celle de contenus divers a été extrêmement important: il a impliqué, pour les bibliothèques, une prise en charge de ceux-ci mais aussi une externalisation de leurs activités (une bonne partie des document les intéressant étant situés à l’extérieur)”. Le directeur de la BPI regrette justement les manquements dont les bibliothèques ont fait preuve par rapport à cette “problématique des contenus”. “L’importance des contenus aurait dû être au centre de l’organisation et du fonctionnement de la bibliothèque. Et ce pas uniquement dans l’organisation classique de celle-ci –prêt, etc. – mais aussi dans la valorisation des ressources en question, leur catalogage, la création d’activités autour de celles-ci et les partenariats qui doivent être créés pour leur diffusion et partage. Ces derniers sont devenus centraux et se tournent vers de plus en plus d’intervenants: entreprises, associations, agences régionales, etc. Les bibliothèques sont ainsi devenues des réseaux (régionaux, nationaux, voire même locaux) tournant autour des contenus”. Numérisation ou comment détourner le débat public portant sur les bibliothèques M. Bazin a clairement insisté sur les difficultés que tous ces changements ont générées au sein des bibliothèques. La numérisation en est une importante: “L’une des composantes de cette première révolution est la numérisation des ressources dont les bibliothèques disposent. Celle-ci a fait naître des problématiques complexes, la gestion de la recherche fédérée, par exemple. Je considère pourtant que la numérisation fait partie intégrante de la première révolution numérique et aurait déjà dû être pleinement appréhendée à l’heure actuelle. En France, le débat autour de la modernisation des bibliothèques a été pollué par la numérisation des livres, ce que je trouve dommageable”. L’établissement que dirige Patrick Bazin offre toutefois l’opportunité d’outrepasser ces questions de gestion de ressources existantes. “A la BPI, il n’y a pas de patrimoine et donc pas de numérisation – ni de territoire alloué car celle-ci est nationale – , elle ne prête pas d’ouvrages, elle n’a vocation qu’à être utilisée pour la consultation de ces derniers. L’institution se structure cependant autour de nombreux services, dont la mise en ligne de ressources tournées vers l’extérieur. La possibilité de gérer ce genre de bibliothèque était pour moi un défi de grand intérêt”. Déchargée des problématiques liées à la numérisation et à la gestion de ressources anciennes, la BPI offre ainsi l’exceptionnelle particularité de se tourner presque exclusivement vers des services innovants et uniques: un terrain d’expérimentation idéal pour Mondo-In.

Related posts
You must be logged in to post comment.
Google+
Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On Google PlusVisit Us On PinterestVisit Us On Linkedin